Compte-rendu de la journée du 19 Novembre 2011 à Besançon

Nous étions entre 50 et 100 (CNT, FA, SCALP et de nombreux non alignés) à répondre à l’appel pour le droit des femmes à disposer de leur corps et à vouloir empêcher les intégristes de « SOS tout pourri » de déverser leurs prières anti-contraception et avortement.

Bien aidés cette année par la préfecture qui avait déployé ses casqués tout autour de l’église St Jean pour nous empêcher d’occuper le parvis avant eux, la vingtaine de réactionnaires a certes pu psalmodier dans le vent mais pas imposer sa propagande puante aux passants, arrêtés par le dispositif policier.

De notre côté, c’est la créativité et l’humour qui l’ont emportés, entre les pancartes bariolées et les slogans décalés (Ni Dieu Ni Maitre, Ni ordre Moral, Bouffons des chattes, pas des hosties) c’est par la dérision et par le nombre que nous avons prouvé que les intégristes n’auront jamais la voie libre pour asséner leur propagande haineuse à Besançon.
Les cathos et leurs amis bleus partis, le rassemblement a rejoint en cortège la manifestation de Solidarité femme Place Pasteur dans le cadre de la semaine de lutte contre les violences faites aux femmes.
Croisant en route une table de propagande de l’UMP, le cortège l’a quelque peu dévastée au grand dam de Jean Rosselot qui tentait une sortie à découvert.

Affiches et tracts à terre, et face aux quolibets des mécontents, les UMPistes ont largement perdu leur calme, empoignant ici un camarade et faisant tomber sa bière (contrairement à la version calomnieuse de membres du parti au pouvoir, relayée par la presse bourgeoise) et menaçant du portable de dénoncer un jeune dont il connaissait le nom.

Il est affligeant de constater la surprise des militants et élus de l’UMP face à la colère qu’ils engendrent eux-mêmes par leur politique, mais qu’importe, après cette brève récréation, le cortège finit sa route et se joint à  Solidarité Femme, Place Pasteur. C’est plus tard, au moment du rangement du matériel militant et du débriefing, que les flics envahissent la Place Marulaz en matraquant.
Ils arrêtent le camarade dénoncé plus tôt, frappant celui qui tente de s’y opposer, et tiennent le siège de l’Autodidacte, retranchant une vingtaine de personne à l’intérieur. La situation restera tendue pendant un quart d’heure et le dispositif sera levé.
Le temps de nous organiser et nous appelons à un rassemblement de soutien devant le comico à 17H30.Trois Banderoles (puis deux, la « Police partout, Justice nulle part » ayant été censurée) et une quarantaine de personne scandent « libérez notre camarade », il sort 10 minute plus tard, poursuivi pour agression sans violence et injures publiques, deux infractions qui ne peuvent pas aller bien loin.

Le pire est donc évité, mais notre dégout est à son comble, de voir une force armée financée par les impôts qu’on nous extorque protéger par la violence les fanatiques de l’ordre moral et les militants de l’idéologie dominante.

source : CNT 25

Autres compte-rendus sur :

Le Chat Noir Emeutier et Offensive Libertaire

Fragment de Manif

Communisme Ouvrier

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :