Archive for the Espaces autogérés Category

Samedi 6 Octobre, les Tanneries : pour une culture et des espaces autonomes !!!

Posted in Contre-culture, Espaces autogérés, La parole au peuple, Rendez-vous with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 septembre 2012 by scalpbesak

Nos camarades des collectifs DIY (Do It Yourself)  Rude East Can’t Fail (de Besak) et Maloka (de Dijon) nous concoctent une belle journée pour le Samedi 6 Octobre 2012 à l’espace autogéré des Tanneries à Dijon :

L’occasion pour tous de rencontrer et discuter avec les acteurs des scènes contre-culturelles et alternatives dans lesquelles nous évoluons et desquelles nous sommes proches.

Et pour les amateurs.trices de Hip Hop et de gros son, l’occasion de se prendre une bonne dose avec :

COLLECTIF MARY READ

PREMIERE LIGNE

LA FIBRE

et d’autres : DJ OLEG, des invité.e.s et open mic en fin de soirée

La journée est organisée en soutien à RECF, Maloka et à l’espace autogéré des Tanneries, ces 3 entités œuvrant de tout leur possible pour développer et faire connaitre les cultures populaires, indépendantes, subversives dans des lieux qui le sont tout autant.
Alors rendez-vous aux Tanneries le 6 Octobre 2012 à partir de 15h !

Et faites tourner le mot, venez avec vos collègues, votre grand-mère, vos voisins, vos potos, votre équipe, et bien évidemment venez sans racisme, sans sexisme, sans attitude dominatrice : ça ne sera pas le bienvenu ! A bientôt !

 

Publicités

Samedi 29 Septembre 2012, Saint-Etienne : Vivre sans peurs !!! concert antifasciste

Posted in Agir au lieu d'élire, Antifascisme, Contre-culture, Espaces autogérés, Rendez-vous with tags , , , , , , , , , , on 11 septembre 2012 by scalpbesak

Pour une société sans peur de l’étranger, de ceux et celles qui viennent d’ailleurs pour chercher un avenir meilleur. Sans peur de subir les
conséquences de la crise économique (licenciements, précarité…) et de mettre en question la viabilité du système capitaliste. Sans peur des groupuscules néo-nazis, qui essayent d’imposer leurs idées racistes par la violence. Sans peur d’affirmer son identité, de crier bien fort que notre orientation sexuelle ne nous fait pas différents. Sans peur de vouloir redonner aux femmes la place qu’elles méritent dans notre société. Sans peur de dénoncer le modèle de société ultra-sécuritaire qu’ils veulent nous imposer, et de croire que c’est possible aussi de vivre ensemble sans vidéo-surveillance et policiers dans tous les coins de rue.

Samedi 29 septembre 2012 :

Concert antifasciste à la Gueule Noire (espace autogéré à Saint-Etienne), à partir de 20h :

– Sound system Bastor DJ (Old school dub reggae music)

Stratégie de paix (rap conscient, Nancy)

Ultima Ripresa (oi!, Turin)

Tulamort (punk des rues, Paris)

PAF: 5EUR
www.lagueulenoire.org

 

 

Samedi 7 Juillet, Saint-Etienne : portes ouvertes Boxe Antifa

Posted in Antifascisme, Autodéfense, Espaces autogérés, Rendez-vous with tags , , , , , , , on 1 juillet 2012 by scalpbesak

 

Les antifasciste de Saint-Étienne proposent une journée portes ouvertes à l’espace autogéré de la Gueule Noire autour de l’atelier boxe le Samedi 7 Juillet 2012.

Au programme :

couscous, bouffe vegan

des camarades de Madrid (ESP) et Heidelberg (ALL) présenteront leur club respectifs

stage self-defense

démonstration boxe pied/poing

fiesta & sound system

 

En parallèle de cette journée un stage d’arts martiaux a lieu du Jeudi 5 Juillet au Mardi 10 Juillet boxe Thaïe et Self-Defense.

 

Ci-dessous une vidéo de nos ami.e.s madrilènes de la boxe antifa Punos Fuera :

Réapproprions nous l’espace !

Posted in Espaces autogérés, Résistance écologique with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 12 décembre 2011 by scalpbesak

Coup d’oeil sur des projets d’autonomisation, des alternatives concrètes à l’oeuvre ici et maintenant : le Pot-Co-Le et les Tanneries, tous deux établis à Dijon.

Le potager collectif des lentillères et l’espace autogéré des Tanneries sont deux lieux occupés et offensifs. Ils se trouvent sur le chantier du futur écoquartier de Dijon.

La mairie voudrait faire de ce quartier sa vitrine écologique, attirer de nouveaux capitaux, de beaux habitants,…

Mais nous, ces lieux on les trouve déjà très beaux comme ça.

Histoire de goût ? pas que !

Appel à soutien pour l’Espace Autogéré la Geule Noire à Saint-Etienne

Posted in Espaces autogérés with tags , , , , , , , , , on 17 août 2011 by scalpbesak

Appel à soutien pour l’espace autogéré la Geule Noire aux Crassiers, 16 rue du mont à Saint-Etienne !!!

Alors que depuis quelques années, les lieux alternatifs ferment successivement : squats expulsés, salles de concerts fermées, disparition des lieux de répet’. .. l’envie de nous regrouper et de créer un lieu militant et autogéré a vu le jour.

QUI SOMMES NOUS ?

Ce local autogéré est une « fédération » de collectifs et d’individu-e-s militant-e-s réuni-e-s autour de valeurs communes libertaires.
La mise en place de ce projet a permis de rassembler des personnes engagées venant de tous horizons dans une volonté commune de partager nos expériences de vie, nos expériences de militantisme, de résistance.
Nous voulons créer du lien entre ces luttes pour consolider le réseau déjà existant sur Saint-Étienne.
Notre but est de créer une réelle dynamique, un lieu de rencontre, convivial, ouvert sur l’extérieur et implanté dans le quartier, dans la ville.

QUE VOULONS NOUS ?

Nous voulons principalement une autonomie politique et morale pour lutter contre les formes d’exclusion, de discrimination et d’inégalité.
Notre volonté commune est de construire des alternatives émancipatrices au système capitaliste et à ses conséquences sur les rapports entre les individu-e-s.
Pour cela nous défendons l’idée de respect de chacun-e et rejetons formellement toute forme de discrimination et de domination. Notre fonctionnement repose donc sur le respect de la liberté individuelle.

Nous avons aussi comme objectif de faire de ce lieu un espace de rencontre où se mélangent les cultures et où se tisse un véritable lien social et solidaire.

De nombreuses activités (certaines existant déjà dans d’autres lieux, tels que la Dérive, la Plage, …) y sont déjà prévues : des permanences juridiques, une bibliothèque militante, un info-kiosque, un p’tit resto/bar, une zone de gratuité, des ateliers/cours (informatique, boxe, couture, espagnol, …), des conférences, des projections, des débats, des soirées à thème, mais aussi, des concerts, des fêtes…

MAIS ENCORE…

Sachant que le loyer est de 600€/mois sans les charges, qu’il y a quelques travaux à faire, il nous faut, vite, trouver le moyen de pérenniser le lieu, en l’autofinançant.

Pour ce faire, nous avons mis en place un système de cotisations au sein du groupe travaillant à la création du projet et un concert de soutien, Quartiers Libres, a eu lieu le 18 décembre 2010.

Aujourd’hui, nous lançons un appel à soutien, sous la forme d’un don ponctuel ou d’une participation plus régulière (cotisation sympathisante)*.

* Par virement bancaire : FR 62 20041 01007 1588481H038 04 – BIC : PSSTFRPP – La Banque Postale – Centre de Lyon – 69900 Lyon cedex 20

code établissement : 20041

code guichet : 01007

n° de compte : 1588481H038

clé RIB : 04

* Par chèque : à l’ordre de « C’EST ÇA »

le CSA – 16 rue du Mont – 42000 Saint-Étienne.

Avenir de l’espace autogéré des Tanneries – Communiqué de mise au point

Posted in Espaces autogérés with tags , , , , , , , on 30 juin 2011 by scalpbesak

E-Mail : tanneries@squat.net
Teléphone : +33(0)-380-666-481
Site : a href= »http://tanneries.squat.net/ » title= »http://tanneries.squat.net/ »>http://tanneries.squat.net/

Hier, nous apprenions que la Mairie avait fait voter au Conseil
Municipal un budget destiné à pouvoir reloger l’espace autogéré des
Tanneries. Aujourd’hui, face aux flous créé par cette annonce ou au
franches attaques de l’opposition municipale, il nous semble nécessaire
de « mettre les points sur les i ». Ce d’autant plus qu’en réalité, rien
n’est réglé en ce qui concerne l’avenir de l’espace autogéré.

L’espace autogéré des Tanneries, c’est ? effectivement ? une salle de
concert accessible à tou·te·s, et investie par des dizaines
d’associations et de collectifs dijonnais·es, attirant de multiples
groupes locaux et internationaux chaque année, ainsi que des centaines
de personnes chaque semaine. C’est un espace indépendant et ouvert, qui
fonctionne sans hiérarchie ni subventions, et qui abrite de nombreux
autres projets collectifs. C’est une bibliothèque, des locaux de
répétition, une salle de sports, de cinéma, des ateliers vélo/mécanique,
de l’impression et de la sérigraphie, un potager, des projets de médias
indépendants et d’informatique libre, une zone de gratuité, des espaces
de réunions. C’est aussi un lieu de vie collective en rupture avec l’isolement
et l’atomisation des individus. C’est enfin un espace de convergence de luttes,
de mise en commun et de critique des rapports marchands et de domination.

Cet espace est né d’une occupation, en octobre 1998, de locaux
industriels laissés à l’abandon par la mairie de Dijon. Depuis 12 ans,
nous nous sommes employé·e·s à restaurer, aménager, construire dans ces
locaux à nos seuls frais (et non pas aux frais du contribuable comme le
fantasme l’opposition, qui a été, rappelons-le, la première à négocier
avec nous une convention, du temps du Maire Poujade). Pendant ces 12
ans, quelle que soit la couleur de la municipalité, nous avons cependant
dû lutter, à diverses reprises, pour garantir que le lieu ne soit pas
expulsé. Le soutien populaire a toujours été fort, aussi bien à Dijon
que beaucoup plus largement en Europe, où l’espace autogéré est devenu
un symbole de dynamiques culturelles, sociales et politiques
indépendante, autogestionnaires et contestataires.

Il y a 3 ans, la Mairie annonçait qu’en cas de projet d’urbanisme, elle
proposerait des solutions de relogement garantissant la continuité du
projet Tanneries, et la remise en ?uvre des activités actuelles. Nous
avons été clair·e·s, de notre coté, sur le fait qu’il n’était pas
envisageable de quitter ces lieux pour nous retrouver dans un cube de
tôle vide, sans l’assurance de conserver notre autonomie, de pouvoir
redéployer la diversité de nos activités, et d’obtenir un bail stable.

Si, aujourd’hui, la Mairie s’engage sur certains travaux
infra structurels qui ne font que partiellement compenser la perte de
tous les aménagements réalisés au fil des années, il ne s’agit en aucun
cas d’une subvention de fonctionnement régulière, dont nous n’avons
jamais voulu et ne voulons pas ! Rappelons que cet engagement financier
sera largement compensé par la mise en vente au prix fort des terrains
actuels à des promoteurs immobiliers. Rappelons aussi que cette somme
ponctuelle ne pèse pas lourd face aux subventions bien réelles allouées
chaque année aux diverses structures culturelles de la ville, de
l’Auditorium au Zénith en passant le Grand Théâtre (pour ne citer que
l’Auditorium, la ville de Dijon donne annuellement environ 3 millions de
subventions, pour un coût de construction de 53 millions, tandis que le
budget annuel accordé aux subventions culturelles est d’environ 50 millions).
Précisons que malgré l’apport municipal sur certaines partie du gros ?uvre ?
indispensable vu l’état du bâtiment proposé ? nous aurions encore bien
des chantiers d’ampleur à réaliser pour reloger les activités.

Mais nous tenons surtout, aujourd’hui, à attirer l’attention sur le fait
que nous ne sommes pour l’instant arrivés à aucun accord sur un bail qui
garantisse l’avenir et l’indépendance des Tanneries. Rien ne servirait
de déménager, si cela impliquait une situation plus précaire encore que
par le passé et une marge d’autogestion limitée, qui ferait alors
perdre au projet sons sens et sa singularité de fonctionnement. Nous
attendons donc de voir ce qui va avancer sur cet aspect dans la suite
des négociations. En l’absence de solution satisfaisante, nous ne sommes
pas partis ? travaux ou pas ? et restons déterminé·e·s ? si cela
s’avèrerait nécessaire ? à faire résonner le soutien aux Tanneries dans
la rue, et à rappeler que cet espace autogéré est défendu dans sa
globalité par de nombreuses personnes et associations, à Dijon et
ailleurs.

Pour ceux et celles qui ne seraient jamais passé·e·s par ici, ceci est
aussi une invitation à venir découvrir l’espace autogéré, plutôt que de
s’en tenir aux fantasmes et « on-dit ».

Le 29 juin 2011,
L’assemblée de l’espace autogéré des Tanneries