Archive for the Répression Category

Samedi 5 Mai, Nantes : Manif contre les violences policières

Posted in Autodéfense, Répression, Rendez-vous, Solidarité with tags , , , , , , , , on 20 avril 2012 by scalpbesak

Vendredi 20 Avril, Besak : rencontre autour du réseau No Border

Posted in Agir au lieu d'élire, Antifascisme, Luttes sociales, Répression, Rendez-vous, Solidarité with tags , , , , , , , , , , , on 12 avril 2012 by scalpbesak

A l’initiative du Resto Trottoir :

Ce vendredi 20 avril, 20h30, à la librairie L’Autodidacte, nous recevons des Lillois du réseau No Borders qui militent en faveur des actions pour les sans-papiers et plus généralement sur la question des frontières… Venez voir la projection sur ces sujets, discuter du pourquoi et du comment des frontières et de leurs lois…, les rencontrer… et Beat The borders !!

L’affiche ci-dessous :

Marche nationale des victimes de la police Samedi 24 mars à Paris

Posted in La parole au peuple, Luttes sociales, Répression, Rendez-vous, Solidarité with tags , , , , , , on 15 mars 2012 by scalpbesak

 

 

Source: http://juralib.noblogs.org/2012/03/14/marche-nationale-des-victimes-de-la-police-samedi-24-mars-a-paris/

Arrestations de camarades antifascistes : les communiqués

Posted in Répression with tags , , , , , , on 8 mars 2010 by scalpbesak

Communiqué 1 :

Aujourd’hui mardi 2 mars à 18h40 2 camarades proches de la scène antifasciste ont été interpellés et emmenées au comissariat central de la gare d’eau à Besançon. Quelques minutes auparavant,une rixte avait opposé des militants néonazis bien connus et répertoriés à Besançon à des antifascistes qui passaient dans cette rue par hasard. Face à l’attaque des nazis sur le groupe d’amis, la légitime défense est apparue comme nécessaire pour contrer l’offensive des fascistes.
Les interpellations ont été réalisés suite à l’appel téléphonique des nazis qui ont donné des noms, sans forcément qu’il y ait un lien entre les individus présents lors de la rixte et les interpellés.

Nous ne pouvons que condamner cette politique de criminalisation et de répression qui s’abat sur les acteurs multiples de la lutte antifasciste. Cet acharnement policier sur un combat politique, populaire et nécessaire pour sauvegarder Besançon de la montée des idées xénophobes est une preuve de l’implication des forces répressives étatiques dans un processus d’acceptation de ces idées.

Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle des camarades arrêtés ainsi que l’arrêt des poursuites !

Affaire à suivre…

LA SOLIDARITE EST NOTRE ARME !

Merci de diffuser largement.

Communiqué 2 :

Suite au communiqué du Mardi 2 Mars concernant l’arrestation de 2 camarades antifascistes de Besançon, nous vous informons de leur libération au bout de 24h de garde-à-vue (GAV).

A l’issu de ces 24h, les camarades encourent des poursuites pour violence en réunion,violence aggravée et l’un des deux pour port d’arme de 6e catégorie.
Des insultes et des menaces, notamment de violences physiques, ont été proférées par les forces de police contre un des camarades :
« on va te casser la geule », « la prochaine fois qu’on te grille en ville,on te choppe sous un porche », « sale pute de gaucho », …

Nous lançons un appel à la solidarité et au soutien financier afin de prendre en charge les frais de justice et d’avocats.
N’hésiter pas à nous contacter (via l’adresse mail scalpbesak@gmail.com) pour les soutenir ou être informé des suites.
Localement, une caisse de solidarité sera mise en place à la librairie l’Autodidacte, 5 place marulaz à Besançon.

LA SOLIDARITE EST NOTRE ARME !

Merci de diffuser largement.

Guide juridique : face à la police, face à la justice

Posted in Répression on 24 décembre 2008 by scalpbesak

4e de couverture

Quels sont mes droits lors d’une garde à vue ? Dois-je accepter la comparution immédiate ? Comment va se dérouler mon procès ?

Pour vous aider à répondre à ces questions et à organiser votre défense individuelle ou collective, Face à la police / Face à la justice propose une vue d’ensemble des procédures pénales courantes.

Ce guide ne s’imagine pas que la procédure pénale représente en quoi que ce soit une garantie absolue pour ceux et celles qui se sont fait arrêter. Mais si la machine répressive est arbitraire, elle doit pourtant agir au nom du droit : connaître celui-ci, c’est apprendre la langue de son ennemi, c’est pouvoir se repérer dans les méandres de ses dispositifs de répression.

Il devient parfois possible d’échapper aux pièges les plus grossiers et d’user de tous les moyens, même légaux, pour s’en sortir « au mieux ».

Élie Escondida & Dante Timélos

couv_facea