Archive pour 2011

Samedi 17 décembre 2011: Action de solidarité antifasciste à Besançon

Posted in Solidarité with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 décembre 2011 by scalpbesak

Ce Samedi 17 décembre 2011 se tenait une action de solidarité antifasciste à Besançon en hommage à Mikhail Norokha assassiné par des néo-nazis en Ukraine.

Une vingtaine de militant.e.s antifascistes et anarchistes se sont rassemblé.e.s, dès 15h sur le pont Battant à Besançon.

Avec plusieurs drapeaux rouges et noirs et deux banderoles: “Solidarité antifasciste” et “RIP Mikhail assassiné par des nazis – Fachos hors de nos vies!”, les militant.e.s ont distribué des tracts en hommage à Mikhail Norokha, jeune Ukrainien de 17 ans assassiné par des néo-nazis le 18 novembre 2011 à Dnipropetrovsk ainsi que pour exprimer leur solidarité avec toutes les victimes du fascisme en Ukraine, en Russie, en France et ailleurs. Ces tracts dénonçaient également la situation en Ukraine et la forte tendance de certains Etats à fermer les yeux sur certaines pratiques telles que les agressions violentes avec ou sans armes, les tentatives de meurtres, les meurtres de militant.e.s, voire à les encourager par des politiques xénophobes…

Après une courte prise de parole, les militant.e.s se sont dirigé.e.s à 16h vers la passerelle des Glacis où ils ont à nouveau déployé banderoles et drapeaux, avant d’allumer quelques fumigènes. Situées au-dessus d’un axe routier très passant de la ville, les banderoles ont été bien visibles pendant près de 30 minutes par les automobilistes, qui étaient nombreu.se.s à montrer leur soutien et approbation à grands coups de klaxon !

De : Fragments de Manif

Voir le tract diffusé. (en pdf) et ci-dessous :

MEURTRES FASCISTES : ORGANISONS L’AUTODEFENSE ET LA SOLIDARITE

Le 18 novembre 2011, Mikhail Norokha, jeune antifasciste de 17 ans, a été assassiné à Dnipropetrovsk (Ukraine). Mikhail avait été agressé plusieurs fois par des nazis dans le passé. Il a été poignardé deux fois ces dernières années. Les antifascistes de Dnipropetrovsk sont certains que ce sont des nazis qui ont causé cette tragédie.
Aujourd’hui, un mois après sa mort, nous lui rendons hommage et exprimons notre solidarité avec toutes les victimes du fascisme, en Ukraine, en Russie, en France comme partout ailleurs.

Les antifascistes, les gens « de couleur », les militants politiques révolutionnaires et/ou progressistes sont en première ligne face aux violences fascistes partout en Europe et dans le monde. Loin d’occuper l’espace médiatique et politique, ces crimes et agressions visant les indésirables de ce monde (opposants politiques, immigrés, déviants, …) sont en hausse et ni la justice, ni l’état ne semble vouloir régler ce problème.
S’il est sûr que cette violence est en partie instrumentalisée par les politiques afin de terroriser les acteurs des mouvements sociaux, ouvriers et contestataires, il est aussi certain que les auteurs de ces violences sont hors de contrôle et agissent en toute impunité, sans aucune vigilance ni résistance.

Cela ne nous laisse pas le choix ! Nous devons êtres autonomes sur des aspects cruciaux de la lutte anarchiste/antifasciste : autodéfense, solidarité, résistance et ripostes. Pour cela nous nous organisons en groupes et en réseaux horizontaux, et souhaitons offir les possibilités de développer cette autonomie.

UN COUP CONTRE L’UN D’ENTRE NOUS EST UN COUP CONTRE TOUS !
QUE VIVE LA SOLIDARITE ANTIFASCISTE INTERNATIONALE !

 

Les camarades du Collectif Antifasciste Rennais ont également réalisé un texte, publié sur le site Roazhon Antifa.

 

LE MEILLEUR HOMMAGE ? CONTINUER LA LUTTE !

Antifascisme à Grenoble : présentation du CLASH

Posted in Antifascisme with tags , , , , , on 25 mars 2011 by scalpbesak

Nous somme un jeune collectif antifasciste et antiraciste grenoblois, nous existons officiellement depuis le 14 Mars 2011.

Depuis plusieurs années, on assiste partout en Europe à une recrudescence
des idées réactionnaires et nauséabondes tout droit tirées des poubelles
de l’histoire.
Dans un contexte de crise économique les fachos se
réorganisent et n’hésitent plus à apparaître au grand jour. Ils se
renouvellent, et cherchent à s’imposer comme une alternative crédible,
allant jusqu’à recycler les discours de la gauche, pour mieux masquer leur
véritable visage.

La tolérance à leur égard, dont ont fait preuve depuis trop longtemps les
gouvernements successifs, ainsi que les lois sécuritaires et racistes
directement tirées du programme du FN et rappelant les pages les plus
sombre de notre histoire, ont été pour eux et pour leurs idées un tremplin
inespéré. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que l’on assiste, depuis
quelques temps, à des attaques répétées et assumées, ayant pour
principales cibles les militants des milieux alternatifs et la jeunesse
des quartiers populaires.

Récemment, on a pu voir dans la région la multiplication des agressions de
plus en plus sauvages
, notamment à l’encontre des mouvements sociaux et de
leurs acteur.trice.s (attaque de piquets de grève, de concerts, de locaux,
de personnes…). La violence dont ils se sont montrés capables jusqu’à
présent laisse à penser qu’ils n’ont pas l’intention de s’arrêter là : il
apparaît clairement qu’ils ont pour objectif d’occuper et de se
réapproprier l’espace par n’importe quel moyen.

Nous ne sommes pas dupes, et ne comptons pas leur abandonner le moindre
centimètre de nos rues ni de nos vies !

Nous nous donnons pour objectif d’opposer une réponse radicale et résolue
à la montée des idées et des pratiques malsaines de l’extrême droite
, afin
d’éliminer cette menace qui pèse sur nous. Cette réponse passe par la
dénonciation des causes et des mécanismes favorables à leur émergence. Il
est clair que le fascisme se nourrit de la misère créée par le système
capitaliste, en proposant pour seule réponse la mise en concurrence des
populations, le repli identitaire et la soumission à l’autorité. Il est en
effet plus simple de désigner des boucs émissaires que de s’attaquer aux
véritables problèmes.

Il nous appartient de proposer une alternative au capitalisme et à l’autoritarisme

C’est pourquoi nous tentons de nous émanciper autant que faire se peut des
rapports marchands et de soumission qui régissent la société, en mettant
en avant des valeurs de solidarité, de tolérance, d’entraide, de partage
et d’autogestion. Nous voulons notre ville métissée et multiculturelle !
Nous refusons toute discrimination entre les individus, en particulier sur
des critères de couleur de peau, d’origine, de religion, de genre ou
d’orientation sexuelle, pour ne citer que les exemples les plus courants.

Cependant, bien qu’il n’y ait pas de combat de second ordre, le C.L.A.S.H.
(Collectif de Lutte Antifasciste Solidaire et Humaniste) se fixe comme
priorité la lutte contre le fascisme et le racisme à Grenoble, mais pas
que ; nous nous déclarons solidaire des autres groupes antifascistes qui
partagent nos valeurs (Voraces, projet R.A.F.A.L., SCALP Besak), et nous
engageons à les aider toutes les fois ou cela s’avérera nécessaire.

A Grenoble comme ailleurs, le fascisme ne passera pas !!!

C.L.A.S.H. Grenoble

contact : clash-grenoble@riseup.net

 

 

G8-G20 2011 : appel à une réunion internationale de préparation à Dijon (26 au 28/11)

Posted in Rendez-vous with tags , , , , , , , , , , , , , on 15 novembre 2010 by scalpbesak


Malgrés nos désirs répétés de stopper leur rencontre, en 2011, à quatre reprises, les chefEs d’états les plus puissants se réuniront une nouvelle fois pour le G8 et G20 en France. Avec le contexte politique, économique et environnemental actuel, les raisons de montrer nos désaccords et nos alternatives à grande échelle ne manquent pas.

Encore un contre-sommet ?

Nous sommes bien cons­cien­tEs qu’il y a un épuisement des luttes inter­na­tio­na­les car nous n’avons pas su nous renou­ve­ler et sur­pren­dre. Pour tenter de trou­ver des répon­ses col­lec­ti­ves et dans une volonté de redon­ner du sens à cette pra­ti­que poli­ti­que, nous avons fait cette année un tour de dis­cus­sion en France et en Allemagne. Ce tour de réflexion nous a beau­coup appris sur les contra­dic­tions inter­nes des contre-som­mets (Voir le compte-rendu « On rentre à la maison ? »). Abandonner l’idée de cons­truire ensem­ble une mobi­li­sa­tion large et inter­na­tio­nale, qui puisse à la fois accueillir sur un lieu à voca­tion auto­ges­tion­naire des mili­tan­tEs de gauche de tous bords, des per­son­nes non mili­tan­tes, de plu­sieurs pays d’Europe et de porter haut et fort la conflic­tua­lité contre les valeurs des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­na­les nous paraît vrai­ment dom­mage. Si la forme « contre-sommet » a bel et bien du plomb dans l’aile, espé­rons qu’on trou­vera col­lec­ti­ve­ment d’autres moyens de tenir ensem­ble les néces­si­tés de l’offen­sive et de l’alter­na­tive, de la radi­ca­lité et de l’ouver­ture, qui sont pour nous des objec­tifs poli­ti­ques essen­tiels.

En par­tant des cons­tats que nous avons tirés de ce tour de réflexion, nous appe­lons à l’orga­ni­sa­tion d’une réu­nion inter­na­tio­nale de pré­pa­ra­tion des mobi­li­sa­tions à venir en 2011 contre le g8, le g20 et autres formes de domi­na­tion glo­bale. Notre but à court terme est de tenter de sortir des écueils de pré­pa­ra­tion des contre-som­mets : sépa­ra­tion des milieux poli­ti­que, urgence per­ma­nente, petit groupe de « gen­tils orga­ni­sa­teurs ». Nous vou­lons ouvrir un espace de pré­pa­ra­tion qui pour­rait se pour­sui­vre après les événements, lancer une dyna­mi­que d’échange de savoir-faire mili­tants. Nous espé­rons ainsi créer des ponts entre milieux poli­ti­ques autour de pra­ti­ques concrète de résis­tance et de créa­tion.

Dans cette pers­pec­tive, nous sou­hai­tons pro­po­ser (entre autre) à la dis­cus­sion l’idée de mettre en place un vil­lage dura­ble qui ne se limite pas à quel­ques jours le temps d’un sommet. Notre idée est de tenter de sortir de l’urgence pour se donner cette fois les moyens d’expé­ri­men­ter sur la durée nos pro­po­si­tions pour une société émancipatoire, non-hié­rar­chi­que et auto­gé­rée.

Nous vous pro­po­sons donc de réunir nos his­toi­res, nos expé­rien­ces, nos sen­si­bi­li­tés poli­ti­ques, nos préoc­cu­pa­tions thé­ma­ti­ques, nos modes d’actions, divers et variés, afin de réflé­chir ensem­bles à de nou­vel­les formes de résis­tan­ces. Partir de cette richesse est une force.

Cette réu­nion aura lieue en France du 26 au 28 novem­bre 2010 à Dijon

Pour cette ren­contre, nous sommes accueillis à Dijon par l’espace auto­géré des Tanneries, en bor­dure sud de Dijon, à l’entrée de Longvic, plus pré­ci­sé­ment au 17 bou­le­vard de Chicago.

Comment s’y rendre :
– à pied, à vélo : depuis la place Wilson (centre-ville), pren­dre la rue d’Auxonne jusqu’au bout. À la fin de la rue, tour­ner à droite sur le bou­le­vard de Chicago. Les Tanneries se trou­vent quel­ques cen­tai­nes de mètres plus loin sur la droite.
– en bus : place Wilson, mar­cher jusqu’à l’arrêt « Dijon Wilson Dumont », et pren­dre le bus #10, direc­tion « Cimetierre Claudon/Bertillon ». Descendre à l’arrêt « Champeaux » ou « Coty ». Plus d’infos

Plan et contact (Site inter­net de l’Espace auto­géré des tan­ne­ries)

Quelques infos pra­ti­ques :
– Il risque de faire froid donc pensez à pren­dre des vête­ments chauds, duvets, cou­ver­tu­res…
– Suivant le nombre que nous serons, nous n’auront peut-être pas assez de place dans des lits, donc si vous pouvez, merci d’appor­ter mate­las ou tapis de sol…
– Les repas seront vegan et à prix libre.
– Certain-e-s vien­nent de loin, nous met­trons une caisse pour recueillir des par­ti­ci­pa­tions éventuelles des­ti­nées à les aider à finan­cer le voyage.

Organisation de la réu­nion :
– Il faudra des per­son­nes pour tra­duire les débats en direct (anglais, fran­çais, alle­mand, ita­lien, espa­gnol, hol­lan­dais,…). Si vous pouvez filer un coup de main pour les tra­duc­tions, ne serait-ce qu’un petit temps, merci de contac­ter les per­son­nes qui se char­gent de coor­don­ner les tra­duc­tions à cette adresse : tra­duc­tion [at] dode­line.net
– Nous aurons aussi besoin d’aide pour l’ani­ma­tion des débats : prises de notes, modé­ra­tion,… Si ça vous inté­resse, vous pouvez envoyer un mail à : faci­li­ta­tion [at] dode­line.net

Proposition d’agenda :
– Nous fina­li­sons actuel­le­ment une pro­po­si­tion pour l’agenda, en atten­dant une pro­po­si­tion plus abou­tie, voilà quel­ques éléments :

Vendredi soir :
18h – 19h – Accueil
19h – 20h – Repas
20h – 22h – État des lieux de la mobi­li­sa­tion par pays, et dis­cus­sion sur les pra­ti­ques de contre-som­mets.

Samedi matin :
9h – 9h30 – Petit déjeu­ner
9h45 – Présentation des lieux. Proposition d’un agenda et des modes de fonc­tion­ne­ment Proposition en cours de fina­li­sa­tion : dis­cus­sion autour des stra­té­gies poli­ti­ques pos­si­bles pour cette mobi­li­sa­tion.
Vers 12h30 – Repas

Samedi après-midi :
Plénière pour pré­sen­ter dif­fé­ren­tes idées/pro­jets pour la mobi­li­sa­tion, puis dis­cus­sions en petit grou­pes sur ces pro­po­si­tions, puis retour en plé­nière (avec des pauses).
Vers 20h – Repas

Dimanche matin :
9h – 9h30 – Petit déjeu­ner
9h30 – 10h – Définition/pré­sen­ta­tion des grou­pes de tra­vail (choi­sis en fonc­tions des idées/pro­jets rete­nus la veille)
10h – 12h – Groupes de tra­vail
12h – 13h – Plénière : Comptes-rendus des grou­pes de tra­vail et fixer une pro­chaine ren­contre
à partir de 13h – Repas et ran­ge­ment

Nous vous enver­rons pro­chai­ne­ment un docu­ment avec la pro­po­si­tion d’agenda détaillée et des pro­po­si­tions pour l’orga­ni­sa­tion des dis­cus­sions. Pour toute remar­que et/ou pro­po­si­tion, vous pouvez écrire à cette adresse dis­sent_fr [at] riseup.net

À bien­tôt !

Dissent ! Paris
dis­sent_fr@riseup.net
Site inter­net Dissent-fr

P.-S.
Le réseau dissent a été créé en 2003 comme un outil de communication et de coordination entre les différents groupes engagés dans la construction de la contestation des institutions internationales et du capitalisme en général. Le réseau n’a pas de bureaux centraux, de portes-paroles, de listes de membres ni de salarié.e.s. Il se base sur les principes de l’’Action Mondiale des Peuples :

1. Un rejet très clair du féodalisme, du capitalisme, et de l’impérialisme, ainsi que de tous les accords commerciaux, institutions et gouvernements promoteurs d’une mondialisation destructrice

2. Un rejet très clair de toutes formes et systèmes de domination et de discrimination dont (et de manière non exhaustive) le patriarcat, le racisme et le fondamentalisme religieux de toutes croyances. Nous reconnaissons la dignité entière de tous les êtres humains ;

3. Une attitude de confrontation, puisque nous ne pensons pas que le lobbying puisse avoir un impact majeur sur des organisations à tel point partiales et antidémocratiques, pour lesquelles le capital transnational est le seul facteur réel déterminant leur politique.

4. Un appel à l’action directe et à la désobéissance civile, au soutien aux luttes des mouvements sociaux, mettant en avant des formes de résistance qui maximisent le respect pour la vie et pour les droits des peuples opprimés, ainsi qu’à la construction d’alternatives locales au capitalisme mondial.

5. Une philosophie organisationnelle fondée sur la décentralisation et l’autonomie.