Archives de documentaire

Vendredi 28 Septembre 2012, Besak : projection/débat sur la lutte des Tunisiens de Lampedusa à Paris

Posted in Antifascisme, La parole au peuple, Rendez-vous with tags , , , , , , , , , , , , , on 11 septembre 2012 by scalpbesak

Le Scalp Besak organise dans le cadre de la rentrée libertaire à Besançon une projection/débat sur la lutte des Tunisiens de Lampedusa à Paris :

 

« Vu d’en bas : des Tunisiens de Lampedusa à Paris»

Ce documentaire est une chronique filmée de la lutte des Tunisiens à Paris en mai 2011, tournée « en vidéo protection ». Il retrace la lutte des Tunisiens « de Lampedusa » à Paris et de leurs soutiens dans le combat pour la liberté de circulation et d’installation. Ce film souligne entre autre la collusion entre les médias et les politiques.

Vendredi 28 Septembre 2012, 20H

L’Autodidacte – 5 place marulaz 25000 Besançon

Entrée Libre

 

Depuis le 1er Mai 2011, les tunisiens sans papiers s’organisent à Paris pour faire face à la misère et à la répression policière. L’occupation d’un immeuble appartenant à la ville (Paris 19e) s’est soldée par une expulsion violente voulue par la préfecture et la mairie. Depuis, le collectif occupe un gymnase (Paris 11e) et continue de lutter. Reportage au gymnase occupé du 100 rue de la Fontaine au Roi, réalisé le 07.05.2011 (17mn)

SOLIDARITÉ AVEC TOUS LES OCCUPANTS

LIBERTÉ DE CIRCULATION

DES PAPIERS POUR TOUS OU PAS DE PAPIERS DU TOUT !

 

Réapproprions nous l’espace !

Posted in Espaces autogérés, Résistance écologique with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 12 décembre 2011 by scalpbesak

Coup d’oeil sur des projets d’autonomisation, des alternatives concrètes à l’oeuvre ici et maintenant : le Pot-Co-Le et les Tanneries, tous deux établis à Dijon.

Le potager collectif des lentillères et l’espace autogéré des Tanneries sont deux lieux occupés et offensifs. Ils se trouvent sur le chantier du futur écoquartier de Dijon.

La mairie voudrait faire de ce quartier sa vitrine écologique, attirer de nouveaux capitaux, de beaux habitants,…

Mais nous, ces lieux on les trouve déjà très beaux comme ça.

Histoire de goût ? pas que !