Archive pour Solidarité

Samedi 6 Octobre, les Tanneries : pour une culture et des espaces autonomes !!!

Posted in Contre-culture, Espaces autogérés, La parole au peuple, Rendez-vous with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 septembre 2012 by scalpbesak

Nos camarades des collectifs DIY (Do It Yourself)  Rude East Can’t Fail (de Besak) et Maloka (de Dijon) nous concoctent une belle journée pour le Samedi 6 Octobre 2012 à l’espace autogéré des Tanneries à Dijon :

L’occasion pour tous de rencontrer et discuter avec les acteurs des scènes contre-culturelles et alternatives dans lesquelles nous évoluons et desquelles nous sommes proches.

Et pour les amateurs.trices de Hip Hop et de gros son, l’occasion de se prendre une bonne dose avec :

COLLECTIF MARY READ

PREMIERE LIGNE

LA FIBRE

et d’autres : DJ OLEG, des invité.e.s et open mic en fin de soirée

La journée est organisée en soutien à RECF, Maloka et à l’espace autogéré des Tanneries, ces 3 entités œuvrant de tout leur possible pour développer et faire connaitre les cultures populaires, indépendantes, subversives dans des lieux qui le sont tout autant.
Alors rendez-vous aux Tanneries le 6 Octobre 2012 à partir de 15h !

Et faites tourner le mot, venez avec vos collègues, votre grand-mère, vos voisins, vos potos, votre équipe, et bien évidemment venez sans racisme, sans sexisme, sans attitude dominatrice : ça ne sera pas le bienvenu ! A bientôt !

 

Attaque fasciste à Toulouse : un blessé grave

Posted in Antifascisme, Solidarité with tags , , , , , , , , , , , , , , on 4 avril 2012 by scalpbesak

Depuis quelques mois les habitant.e.s et militant.e.s de la ville rose résistent et s’organisent contre les Identitaires (ceux-ci ayant ouvert un local, l’Oustal). Ce Samedi se tenait une manifestation occitaniste métisse et populaire. Dans la journée comme dans la soirée les Identitaires ont multiplié les provocations et attaques contre les occitanistes et antifascistes. Jusqu’à frôler l’assassinat.

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de l’Union Antifasciste Toulousaine :

Dimanche 1er avril vers 1 heure du matin, une fois de plus les fachos toulousains se sont à nouveau manifestés place Arnaud Bernard.

La place Arnaud Bernard était animée par la fête et la convivialité comme à son habitude, quand un groupe fit irruption sur la place. Une vingtaine d’individus groupés marchant au pas et plus ou moins cagoulés arrivent du boulevard Lascrosses. La démarche et l’attitude agressive des individus ne laissent pas planer beaucoup de doute : « c’est les fachos » crient certains fêtards de la place. En effet, ils parcourent la place en provoquant les badauds. Devant le regard médusé des gens en terrasse, les individus ont crié « Toulouse hooligans » tout en effectuant des saluts hitlériens. Après quelques minutes de latence, l’ensemble des gens sur la place ont vivement réagi pour repousser les assaillants qui avaient commencé à s’attaquer à la terrasse d’un café et aux clients d’un kebab.

En s’enfuyant vers la place Saint Sernin, les fachos ont grièvement blessé un étudiant chilien. L’intervention d’un témoin lui aura certainement sauvé la vie. En effet la victime dans le coma a été transférée à l’hôpital. Le pronostic vital fut au cours de la soirée engagé. L’état de la victime s’est amélioré dimanche après-midi. Sorti du coma, le blessé souffre de multiples fractures de la boite crânienne et d’une paralysie des membres. Selon nos informations datant de dimanche soir, la paralysie ne serait pas définitive.

Plus tard, une partie des gens qui venaient de se faire attaquer place Arnaud Bernard décidèrent d’aller demander des comptes aux fachos en allant à leur local du 36 allée de Barcelone. Avant même qu’ils arrivent à la porte, la police est intervenue en tirant au flashball. S’en suivi un contrôle d’identité et une fouille. La police effectua 5 interpellations. 4 personnes ont rapidement été libérées dans l’heure qui suivit. La cinquième personne est toujours en garde à vue lundi midi. A notre connaissance aucun affrontement n’a eu lieu non plus place Saint-Pierre.

Une fois de plus les fachos n’ont pas été inquiétés, malgré une ratonnade qui a failli coûter la vie à une personne, ils ont pu tranquillement continuer leur soirée. La police a été plus efficace défendre le local du Bloc Identitaire, que pour protéger les toulousains qui festoyaient à Arnaud Bernard… Nous nous étonnons de l’attitude des forces de l’ordre. Il semblerait que les « enquêteurs » croient tenir le « coupable idéal » de l’agression de l’étudiant. Selon nos informations, l’accusé était vers la place Saint Pierre au moment de l’agression. De plus l’accusé est antifasciste alors que l’étudiant a été agressé pas des fascistes ! En conséquence, nous demandons la libération immédiate de l’interpellé.

Plus qu’une rixe entre extrêmes, ce qui s’est déroulé dans la nuit de samedi à dimanche, s’apparente plus à une volonté de la part de jeunes hooligans d’extrême droite et des militants identitaires de venir agresser des personnes représentant tout ce qu’ils détestent à souhait : des manifestants occitanistes fêtant la réussite de leur manifestation, des populations d’origine étrangère, des jeunes de gauche, des kebabs, surtout une place et quartier symbolisant la diversité des cultures et le métissage qu’ils exècrent.

 

Lors de la manifestation antifasciste du samedi 17 mars à Toulouse 300 personnes ont affirmé leur colère à l'égard des Identitaires toulousains.

Plus d’infos sur le site de l’UAT.

SOLIDARITE ET RESISTANCE ANTIFASCISTE, A TOULOUSE ET PARTOUT AILLEURS !

Solidarité avec les antifas et anarchistes de Nijni Novgorod (Russie) !

Posted in Antifascisme, Solidarité with tags , , , , , , , , , on 3 avril 2012 by scalpbesak

Du 16 au 18 mars 2012 ont eu lieu les journées de solidarité avec les antifascistes et anarchistes de Nijni Novgorod (Russie), qui risquent jusqu’à sept ans de prison pour une affaire fabriquée par la police politique, appelée « Centre anti-extrémiste » (Centre-E).
Artem Bystrov, Albert Gaïnoutdinov, Pavel Krivonosov, Dmitri Kolesov et Oleg Gembarouk ont plusieurs chefs d’inculpation.
L’accusation principale est d’avoir créer l’organisation extrémiste « Antifa-Rash », qui aurait comme but, selon la police, d’agir violemment envers « les groupes sociaux » : « des skinheads, fans de foot » et « les citoyens riches de Russie ». Nous, leurs amis et camarades, anarchistes et antifascistes de Nijni Novgorod, déclarons que cette organisation n’a jamais existé et que l’affaire est fabriquée par le Centre-E pour affaiblir le mouvement libertaire.

Les accusés
Artem Bystrov est l’otage principal de l’affaire « Antifa-Rash ». Depuis avril 2011, il est assigné à domicile et n’a pas le droit de communiquer avec le monde extérieur. Pendant plusieurs années, Artem a participé à des actions antifascistes, écologistes et contestataires. Il a notamment participé au mouvement antimilitariste de Food Not Bombs (distribution hebdomadaire de repas végétaliens gratuits). Il a aussi organisé et fait le service d’ordre de nombreux concerts du milieu DIY (punk et alternatif).
Albert Gaïnoutdinov est un militant antifasciste, que le Centre-E a qualifié de « créateur et leader de l’organisation Antifa-Rash ». Il est maintenant dans l’obligation de se cacher contre la répression en vivant clandestinement pour éviter d’être de nouveau torturé par le Centre-E.
Pavel Krivonosov est antifasciste, anarchiste, membre de l’organisation libertaire Action autonome et musicien. Il a joué dans plusieurs groupes DIY de Nijni Novgorod et a participé à l’organisation de beaucoup d’événements libertaires : actions publiques, concerts, campements écologiques, festivals, etc.
Dmitri Kolesov est musicien dans le groupe de hardcore Step To Freedom.
Oleg Gemarouk, après l’arrestation, en partie à cause de son manque d’expérience et aussi suites aux tortures physiques et psychologiques, a reconnu s’être battu avec les néonazis. Il a même reconnu avoir été dans cette organisation imaginaire nommée « Antifa-Rash ». Maintenant, car Oleg travaille avec la police, nous avons rompu tout contact avec lui.

Comment aider ?
L’avocat des antifascistes Dmitri Dinze insiste sur le caractère purement politique de l’affaire « Antifa-Rash ». On le voit avec le silence complice, voire l’approbation, des pouvoirs sur les crimes commis par le Centre-E : « Il ne faut pas chercher de l’objectivité dans cette enquête. »
Début mars auront lieu les premières réunions au tribunal. Il ne reste aucun espoir que les innocents gagnent le procès… Sauf si vous participez aux journées de solidarité (16 au 18 mars) avec les antifascistes de Nijni Novgorod et organisez des actions de soutien dans votre pays !
Pendant les dernières années, on a vu de beaux exemples de solidarité internationale qui a aidé les anarchistes et antifascistes russes à rester libres malgré la répression sévère du régime Poutine-Medvedev. Il y eut les fameux otages de Khimki, accusés de l’attaque de la mairie de Khimki (la banlieue de Moscou) pendant une manifestation antifasciste : ils ont été libérés. Il y eut aussi le professeur Andreï Koutousov, que l’on a accusé aussi d’extrémisme : il a été jugé coupable et fut licencié mais il a évité la prison.
Une autre façon d’aider, c’est le soutien financier. Le procès « Antifa-Rash » dure depuis un an et il n’est pas le premier contre les libertaires de Nijni Novgorod. Nous avons beaucoup dépensé pour payer les frais de la défense, nous avons toujours besoin d’environ 2 300 euros (3 000 dollars). Même les participations modestes peuvent servir à notre tâche difficile : faire éviter la prison à nos camarades. Le plus utile serait de créer un collectif de soutien qui organiserait événement et concert de soutien dans votre ville.
Nous revendiquons l’arrêt des persécutions des antifascistes à Nijni Novgorod ! Que s’arrête cette absurde affaire « Antifa-Rash » ! La reconnaissance de l’innocence des accusés ! Que le Centre anti-extrémiste soit puni pour sa pratique cruelle et récurrente de la torture, et ce nouveau crime – la fabrication d’affaire judiciaire ! Libération immédiate et disculpation de toutes les prisonnières et tous les prisonniers politiques à Ninjni Novgorod, en Russie et ailleurs ! No pasaran !

Anarchist Black Cross Nijni Novgorod
Groupe de L’Action autonome
Email : abcnnov@gmail.com

Mercredi 25 janvier 2012, 19h30 : Projection-Débat autour du film “Stop Castor – Gorleben 2006″

Posted in Solidarité with tags , , , , , , , , , on 19 janvier 2012 by scalpbesak

Suite à l’inculpation de militant.e.s anti-Castor à Valognes en novembre 2011, la CNT 25 vous invite le mercredi 25 janvier à 19h30 à une soirée projection-débat avec le film “Stop Castor: Gorleben 2006″.

La projection a lieu dans l’amphi Donzelot à la fac des Lettres (32 Rue Mégevand) et le débat portera sur la diversité et la complémentarité des modes de luttes.

Organisé par la CNT 25.

Samedi 17 décembre 2011: Action de solidarité antifasciste à Besançon

Posted in Solidarité with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 25 décembre 2011 by scalpbesak

Ce Samedi 17 décembre 2011 se tenait une action de solidarité antifasciste à Besançon en hommage à Mikhail Norokha assassiné par des néo-nazis en Ukraine.

Une vingtaine de militant.e.s antifascistes et anarchistes se sont rassemblé.e.s, dès 15h sur le pont Battant à Besançon.

Avec plusieurs drapeaux rouges et noirs et deux banderoles: “Solidarité antifasciste” et “RIP Mikhail assassiné par des nazis – Fachos hors de nos vies!”, les militant.e.s ont distribué des tracts en hommage à Mikhail Norokha, jeune Ukrainien de 17 ans assassiné par des néo-nazis le 18 novembre 2011 à Dnipropetrovsk ainsi que pour exprimer leur solidarité avec toutes les victimes du fascisme en Ukraine, en Russie, en France et ailleurs. Ces tracts dénonçaient également la situation en Ukraine et la forte tendance de certains Etats à fermer les yeux sur certaines pratiques telles que les agressions violentes avec ou sans armes, les tentatives de meurtres, les meurtres de militant.e.s, voire à les encourager par des politiques xénophobes…

Après une courte prise de parole, les militant.e.s se sont dirigé.e.s à 16h vers la passerelle des Glacis où ils ont à nouveau déployé banderoles et drapeaux, avant d’allumer quelques fumigènes. Situées au-dessus d’un axe routier très passant de la ville, les banderoles ont été bien visibles pendant près de 30 minutes par les automobilistes, qui étaient nombreu.se.s à montrer leur soutien et approbation à grands coups de klaxon !

De : Fragments de Manif

Voir le tract diffusé. (en pdf) et ci-dessous :

MEURTRES FASCISTES : ORGANISONS L’AUTODEFENSE ET LA SOLIDARITE

Le 18 novembre 2011, Mikhail Norokha, jeune antifasciste de 17 ans, a été assassiné à Dnipropetrovsk (Ukraine). Mikhail avait été agressé plusieurs fois par des nazis dans le passé. Il a été poignardé deux fois ces dernières années. Les antifascistes de Dnipropetrovsk sont certains que ce sont des nazis qui ont causé cette tragédie.
Aujourd’hui, un mois après sa mort, nous lui rendons hommage et exprimons notre solidarité avec toutes les victimes du fascisme, en Ukraine, en Russie, en France comme partout ailleurs.

Les antifascistes, les gens « de couleur », les militants politiques révolutionnaires et/ou progressistes sont en première ligne face aux violences fascistes partout en Europe et dans le monde. Loin d’occuper l’espace médiatique et politique, ces crimes et agressions visant les indésirables de ce monde (opposants politiques, immigrés, déviants, …) sont en hausse et ni la justice, ni l’état ne semble vouloir régler ce problème.
S’il est sûr que cette violence est en partie instrumentalisée par les politiques afin de terroriser les acteurs des mouvements sociaux, ouvriers et contestataires, il est aussi certain que les auteurs de ces violences sont hors de contrôle et agissent en toute impunité, sans aucune vigilance ni résistance.

Cela ne nous laisse pas le choix ! Nous devons êtres autonomes sur des aspects cruciaux de la lutte anarchiste/antifasciste : autodéfense, solidarité, résistance et ripostes. Pour cela nous nous organisons en groupes et en réseaux horizontaux, et souhaitons offir les possibilités de développer cette autonomie.

UN COUP CONTRE L’UN D’ENTRE NOUS EST UN COUP CONTRE TOUS !
QUE VIVE LA SOLIDARITE ANTIFASCISTE INTERNATIONALE !

 

Les camarades du Collectif Antifasciste Rennais ont également réalisé un texte, publié sur le site Roazhon Antifa.

 

LE MEILLEUR HOMMAGE ? CONTINUER LA LUTTE !

Un coup contre l’un d’entre nous est un coup contre tous ! Solidarité antifasciste !

Posted in Solidarité with tags , , , , , , , , on 29 novembre 2011 by scalpbesak

Communiqué des Antifascistes de Dnipropetrovsk publié sur le site Avtonom :

Le 18 novembre, Mikhail Norokha, jeune antifasciste de 17 ans, a été assassiné à Dnipropetrovsk (Ukraine). Son corps a été retrouvé à 8 mètres d’un immeuble de 16 étages abandonné. Sa mort est due à de multiples fractures et à une hémorragie interne qui ont résulté de sa chute. Bien qu’il soit tombé sur le dos, son nez était cassé et il portait aussi des marques sur le visage. On a aussi retrouvé des traces de gaz lacrymogènes sur ses habits et son manteau était déchiré ce qui est une preuve de plus que ce n’était pas un suicide. Mikhail avait encore sur lui son téléphone portable, ses papiers et de l’argent, les assassins ne lui ont rien pris.

Mikhail avait été agressé plusieurs fois par des nazis dans le passé. Il a été poignardé deux fois ces dernières années. (…) Les antifascistes de Dnipropetrovsk sont certains que ce sont des nazis qui ont causé cette tragédie.

Solidarité ouvrière, 24 novembre 2011.

Avenir de l’espace autogéré des Tanneries – Communiqué de mise au point

Posted in Espaces autogérés with tags , , , , , , , on 30 juin 2011 by scalpbesak

E-Mail : tanneries@squat.net
Teléphone : +33(0)-380-666-481
Site : a href= »http://tanneries.squat.net/ » title= »http://tanneries.squat.net/ »>http://tanneries.squat.net/

Hier, nous apprenions que la Mairie avait fait voter au Conseil
Municipal un budget destiné à pouvoir reloger l’espace autogéré des
Tanneries. Aujourd’hui, face aux flous créé par cette annonce ou au
franches attaques de l’opposition municipale, il nous semble nécessaire
de « mettre les points sur les i ». Ce d’autant plus qu’en réalité, rien
n’est réglé en ce qui concerne l’avenir de l’espace autogéré.

L’espace autogéré des Tanneries, c’est ? effectivement ? une salle de
concert accessible à tou·te·s, et investie par des dizaines
d’associations et de collectifs dijonnais·es, attirant de multiples
groupes locaux et internationaux chaque année, ainsi que des centaines
de personnes chaque semaine. C’est un espace indépendant et ouvert, qui
fonctionne sans hiérarchie ni subventions, et qui abrite de nombreux
autres projets collectifs. C’est une bibliothèque, des locaux de
répétition, une salle de sports, de cinéma, des ateliers vélo/mécanique,
de l’impression et de la sérigraphie, un potager, des projets de médias
indépendants et d’informatique libre, une zone de gratuité, des espaces
de réunions. C’est aussi un lieu de vie collective en rupture avec l’isolement
et l’atomisation des individus. C’est enfin un espace de convergence de luttes,
de mise en commun et de critique des rapports marchands et de domination.

Cet espace est né d’une occupation, en octobre 1998, de locaux
industriels laissés à l’abandon par la mairie de Dijon. Depuis 12 ans,
nous nous sommes employé·e·s à restaurer, aménager, construire dans ces
locaux à nos seuls frais (et non pas aux frais du contribuable comme le
fantasme l’opposition, qui a été, rappelons-le, la première à négocier
avec nous une convention, du temps du Maire Poujade). Pendant ces 12
ans, quelle que soit la couleur de la municipalité, nous avons cependant
dû lutter, à diverses reprises, pour garantir que le lieu ne soit pas
expulsé. Le soutien populaire a toujours été fort, aussi bien à Dijon
que beaucoup plus largement en Europe, où l’espace autogéré est devenu
un symbole de dynamiques culturelles, sociales et politiques
indépendante, autogestionnaires et contestataires.

Il y a 3 ans, la Mairie annonçait qu’en cas de projet d’urbanisme, elle
proposerait des solutions de relogement garantissant la continuité du
projet Tanneries, et la remise en ?uvre des activités actuelles. Nous
avons été clair·e·s, de notre coté, sur le fait qu’il n’était pas
envisageable de quitter ces lieux pour nous retrouver dans un cube de
tôle vide, sans l’assurance de conserver notre autonomie, de pouvoir
redéployer la diversité de nos activités, et d’obtenir un bail stable.

Si, aujourd’hui, la Mairie s’engage sur certains travaux
infra structurels qui ne font que partiellement compenser la perte de
tous les aménagements réalisés au fil des années, il ne s’agit en aucun
cas d’une subvention de fonctionnement régulière, dont nous n’avons
jamais voulu et ne voulons pas ! Rappelons que cet engagement financier
sera largement compensé par la mise en vente au prix fort des terrains
actuels à des promoteurs immobiliers. Rappelons aussi que cette somme
ponctuelle ne pèse pas lourd face aux subventions bien réelles allouées
chaque année aux diverses structures culturelles de la ville, de
l’Auditorium au Zénith en passant le Grand Théâtre (pour ne citer que
l’Auditorium, la ville de Dijon donne annuellement environ 3 millions de
subventions, pour un coût de construction de 53 millions, tandis que le
budget annuel accordé aux subventions culturelles est d’environ 50 millions).
Précisons que malgré l’apport municipal sur certaines partie du gros ?uvre ?
indispensable vu l’état du bâtiment proposé ? nous aurions encore bien
des chantiers d’ampleur à réaliser pour reloger les activités.

Mais nous tenons surtout, aujourd’hui, à attirer l’attention sur le fait
que nous ne sommes pour l’instant arrivés à aucun accord sur un bail qui
garantisse l’avenir et l’indépendance des Tanneries. Rien ne servirait
de déménager, si cela impliquait une situation plus précaire encore que
par le passé et une marge d’autogestion limitée, qui ferait alors
perdre au projet sons sens et sa singularité de fonctionnement. Nous
attendons donc de voir ce qui va avancer sur cet aspect dans la suite
des négociations. En l’absence de solution satisfaisante, nous ne sommes
pas partis ? travaux ou pas ? et restons déterminé·e·s ? si cela
s’avèrerait nécessaire ? à faire résonner le soutien aux Tanneries dans
la rue, et à rappeler que cet espace autogéré est défendu dans sa
globalité par de nombreuses personnes et associations, à Dijon et
ailleurs.

Pour ceux et celles qui ne seraient jamais passé·e·s par ici, ceci est
aussi une invitation à venir découvrir l’espace autogéré, plutôt que de
s’en tenir aux fantasmes et « on-dit ».

Le 29 juin 2011,
L’assemblée de l’espace autogéré des Tanneries